Comme pour la santé physique, les problèmes de santé mentale peuvent affecter négativement notre vie personnelle. Deux des problèmes de santé mentale que l’on rencontre régulièrement chez de nombreuses personnes, quels que soient l’âge, la classe sociale ou l’ethnie sont l’anxiété et la dépression. En 2015, il était estimé que dans le monde, 264 millions de personnes souffraient d’anxiété et 322 millions de dépression. Avec la pandémie liée au coronavirus, et les confinements plus ou moins longs mis en place à travers le monde, encore plus de personnes ont été affectées par ces troubles.

De nombreuses études scientifiques ont démontré que l’activité physique pouvait aider à prévenir ou à traiter les conditions de santé mentale. Mais comme nous discutions dans nos précédents articles (voir https://www.mmsport.fr/les-mefaits-de-la-sedentarite/), l’activité physique décrit toutes les activités physiques dont la dépense énergétique est supérieure à 1.5 METs. Et la plupart des études ne pratique généralement pas de tests physiques avec les patients pour voir quel est réellement leur niveau d’aptitude physique.

Pour tenter d’éclaircir ce point, une équipe de chercheurs britanniques a évalué le niveau d’activité physique de plus de 152 000 personnes à l’aide de deux tests représentatifs du niveau de forme : un test d’effort cardio pour mesurer la capacité du système cardio-respiratoire et un test de force de la poigne de main pour évaluer le niveau de force global des participants. La littérature scientifique a validé depuis de nombreuses années ces deux tests, et leur résultat est fortement lié à l’état de santé, mais en quantifiant deux aspects différents : le cardio et la force. Toutes ces personnes ont été suivies pendant 7 ans. Au début et à la fin du suivi, elles ont répondu à des questionnaires permettant d’évaluer leur niveau de santé mentale générale, et plus spécifiquement pour la dépression et l’anxiété.

Les chercheurs ont trouvé une corrélation significative entre le niveau initial de forme physique des participants et leur santé mentale, 7 ans plus tard. Les personnes dont le niveau de cardio et le niveau de force étaient les plus faibles avaient deux fois plus de chance de développer une dépression et 1.6 fois plus de chances de développer de l’anxiété que les personnes plus en forme.

Bien sûr, ce lien observé ne veut pas nécessairement dire qu’il y a une causalité. En effet, il est possible que les personnes avec une meilleure santé mentale soit plus enclin à rester physiquement actives.  Mais les chercheurs ont également fait des analyses en retirant les personnes dépressives ou souffrant d’anxiété au début de l’étude. Les résultats finaux n’ont pas été différents.

Ainsi, cette étude montre à quel point de multiples aspects de notre forme physique doivent être travaillés (cardiovasculaire et force musculaire) pour servir d’indicateurs à notre santé physique mais aussi mentale. Trois semaines d’activité physique suffisent à réduire le risque de développer un problème mental de plus de 30%. La limitation des sorties à l’air libre et de l’activité physique peut nuire fortement à notre santé métabolique ET à notre santé mentale.