Appelez-nous : 06-17-25-67-81|mohamed.riad@mmsport.fr
//Localiser la perte de masse grasse : Est-ce possible ?

Localiser la perte de masse grasse : Est-ce possible ?

Les beaux jours revenus, les vacances et les longs week-ends au soleil sont de plus en plus imminents. Et comme chaque année, de nombreuses personnes commencent à suivre un régime et à pratiquer une activité physique plus régulièrement. L’objectif numéro 1 est la perte de masse grasse, un ventre plat pour ces messieurs et de belles jambes pour ces mesdames. Ainsi, il est courant de voir certaines personnes travailler de longues périodes des zones spécifiques avec l’espoir qu’ils perdront la masse grasse à l’endroit désiré… Malheureusement, ce sera en vain.

Et oui, autant le dire de suite, la perte de masse grasse localisée relève plus du fantasme que de la réalité. C’est un peu le Saint Graal du fitness, pouvoir contrôler totalement son corps, en perdant où bon nous semblerait de la masse adipeuse disgracieuse. Pourtant l’idée semble logique, à l’image de l’hypertrophie musculaire ou de la densité minérale osseuse, travailler un groupe musculaire particulier permettrait de cibler le travail sur cette zone.

Malheureusement, les études qui se sont intéressées à ce phénomène ont presque toutes fait choux blanc. Il existe bien quelques études pour affirmer que cela est possible, cependant leur protocole pas assez strict rende leurs résultats obsolètes. En revanche, des chercheurs ont mis en place des protocoles très pointus et lourds pour vérifier si cela était possible ou non. Ainsi des chercheurs chiliens et espagnols ont testé durant 12 semaines l’impact d’une série unique très (très) longue (80 minutes, environ 960-1200 répétitions à10-30% du 1RM) sur la perte de masse grasse localisée au niveau d’une cuisse. Résultat : une perte de masse grasse totale significative, une perte au niveau du tronc et des bras, mais aucune perte au niveau de la cuisse qui a été entraînée pendant 12 semaines !

Ces résultats étonnants pourraient s’expliquer par le fait que la libération dans le sang des acides gras par le tissu adipeux est liée à l’adrénaline, dont la concentration augmente avec l’effort physique. Or la production hormonale est généralisée dans le flux sanguin, elle n’est pas limitée à une zone.

Il faut donc voir la perte de masse grasse comme une perte locale, les parties les plus importantes étant celles qui diminueront visuellement le plus rapidement. Le choix des exercices impliquant la plus grande masse musculaire est donc à privilégier.

Enfin, si l’activité physique seule permet de perdre efficacement en masse grasse, il est primordial d’adapter sa nutrition. Même si le débat est ouvert sur l’impact relatif de la diète et du sport sur la composition corporelle, il reste que les bienfaits du sport ne pourront contrebalancer une trop mauvaise alimentation (en qualité et/ou en quantité), et une bonne alimentation ne pourra pas apporter les mêmes bénéfices qu’une pratique sportive régulière.

Entraînez-vous, mangez sainement, soyez réguliers et patients.

Pierre Debraux

Référence

  • Ramirez-Campillo R, Andrade DC, Campos-Jara C, Henriquez-Olguin C, Alvarez-Lepin C and Izquierdo M. Regional fat changes induced by localized muscle endurance resistance training. J Strength Cond Res 27 (8) : 2219-2224, 2013.
By |2018-10-08T09:32:36+00:00octobre 8th, 2018|Sport Santé|0 Comments